Orthopédie dento-faciale : corriger une malformation dentaire


Mauvais alignement des dents, mauvaise occlusion, menton proéminent, mâchoire décalée… voilà autant de défauts liés aux os de la mâchoire et qui peuvent être source de complexes. En effet, outre le fait qu’ils peuvent nuire à la beauté du visage, ils peuvent également avoir des répercussions sur le développement d’un individu. Heureusement, il existe aujourd’hui des techniques comme l’orthopédie dento-faciale qui permettent de corriger ces malformations dentaires. Plus de détails dans la suite de cet article.

Qu’est-ce que l’orthopédie dento-faciale ?

Branche de l’orthodontie, l’orthopédie dento-faciale (ODF) est une spécialité de la médecine qui vise à traiter les malformations dentaires. Il s’agit d’anomalies qui peuvent être à l’origine d’un mauvais positionnement des dents par exemple. Autrement dit, c’est un traitement qui va contribuer à corriger les malformations des maxillaires ainsi que celles liées à la position des dents. Un dentiste peut par exemple poser une couronne dentaire dans l’optique de réparer une dent abimée ou disgracieuse.

On fait donc appel à un spécialiste du domaine beaucoup plus dans l’objectif de disposer d’une mâchoire avec une meilleure posture à l’adolescence. Comme vous l’aurez compris, c’est un traitement pratiqué, la plupart du temps sur les enfants et parfois les adolescents. Chez les adultes, la correction peut se faire, mais elle sera accompagnée d’une intervention chirurgicale. Pour les enfants, il sera alors question de :

  • endurcir ou de réformer la base osseuse
  • favoriser une meilleure hygiène bucco-dentaire
  • prévenir d’éventuelles infections au niveau de l’appareil locomoteur
  • éviter les traumatismes dentaires et de la bouche
  • améliorer les fonctions orale (élocution) et nasale (respiration)
  • prévenir l’apparition de caries, de lésions parodontales ou encore les troubles de l’articulation temporo-mandibulaire
  • corriger l’aspect esthétique et améliorer l’harmonie du visage.

Pour y arriver, le spécialiste en orthopédie dento-faciale utilise un appareil à fixer avec une vis pour corriger la position maxillaire. L’appareil est à tourner une trentaine de fois chaque jour durant tout le traitement et doit se faire de manière douce pour que cela n’altère pas la racine de la dent. Par rapport au coût qui peut être assez élevé et un remboursement inégal par la Sécurité sociale, il est recommandé d’avoir une bonne mutuelle santé.

Quels appareils pour le traitement ?

pose d'appareil dentaire enfant
Enfant chez le dentiste

Avant toute chose, il faut souligner qu’un traitement d’orthopédie dento-faciale n’est établi qu’à partir de certains critères bien spécifiques. Il s’agit par exemple de la nature de l’anomalie à corriger, sans oublier les éventuels problèmes qui peuvent y être associés, de l’âge du patient et de son état de santé général.

Ainsi en fonction de l’âge du patient et de la nature des malformations, on peut utiliser des appareils dentaires amovibles ou à fixer sur les dents. Leur rôle est de rénover les relations entre les basses osseuses, en cas de décalage entre les maxillaires supérieurs et la mandibule. On distingue, de ce fait, les appareils d’expansion palatine qu’on utilise pour élargir la mâchoire supérieure. Il y a aussi les activateurs de croissance pour les décalages importants entre maxillaire et mandibule. Les appareils à bielles vont quant à eux servir à pousser la mandibule en avant. On distingue également les appareils à forces extra-orales comme le masque de Delaire par exemple. Leur rôle est de faire reculer la zone alvéolaire maxillaire.

Par ailleurs, soulignons qu’au cours d’un traitement pour corriger une malformation dentaire, il est important que le patient ait une hygiène bucco-dentaire assez rigoureuse. Pour cela, le spécialiste doit se charger de donner des directives assez précises pour le brossage, mais aussi assurer un suivi régulier de l’état bucco-dentaire. Enfin, un appareillage de contention peut s’avérer nécessaire dans certains cas pour conserver les résultats du traitement.

Publié le 11 avril 2020