L’impact des emballages plastiques alimentaires sur notre santé


Vous les verrez partout, et en particulier dans les marchés ou supermarchés. Légers, solides et pratiques, ils sont devenus un élément indispensable dans l’industrie agroalimentaire. Ils permettent d’emballer les aliments ou assurent leur conservation dans les ménages. De quoi s’agit-il ? Les emballages plastiques ! Au vu de son utilité, on pourrait penser dans un premier temps que ce produit ne possède que des avantages. Toutefois, l’utilisation du plastique comme emballage alimentaire représente un réel danger pour l’organisme. De nombreuses études scientifiques ont démontré la toxicité du plastique. Plusieurs éléments toxiques sont donc présents dans cette matière qui emballe nos aliments et peuvent par conséquent se retrouver dans les aliments. Cet article vous montrera l’impact négatif des substances toxiques contenues dans les emballages plastiques alimentaires sur la santé.

Lesquels faut-il éviter et quelles sont leurs conséquences sur l’organisme ?

Les plastiques sont pratiqués en grande partie à base de pétrole, car ils sont des polymères synthétiques. D’autres produits chimiques sont également additionnés de leur garantir certaines qualités que nous leur connaissons habituellement : rigidité ou souplesse, couleur, etc. Ces produits chimiques dans des conditions données (par exemple la chaleur ou la dégradation) peuvent rentrer dans les aliments et être consommés par l’homme avec d’énormes conséquences sur la santé. C’est pourquoi parmi la variété de plastiques citée plus haut, trois types de plastiques sont particulièrement défendus d’utilisation.

Le polystyrène

Il est répertorié comme un produit cancérigène à cause du styrène. C’est une substance cancérogène qui peut migrer dans les aliments sous l’effet de la chaleur. C’est pour cela qu’il est interdit de boire une eau en bouteille faite avec du polystyrène qui a été mise sous le soleil.

Le polychlorure de vinyle

Il est une matière fortement toxique. Il est fabriqué avec des phtalates, dont du DEHA (2 -éthylhexyle) sans oublier le bisphénol A (BPA). Tous ces produits sont réputés très nocifs. Les phtalates peuvent perturber les fonctions hormonale et immunitaire des enfants.

Le polycarbonate

Il est proscrit d’utilisation par l’Union Européenne en raison du bisphénol A qu’il renferme. Soulignons-le, le bisphénol A est une substance chimique qui agit sur la croissance du fœtus et peut être à la base de l’hyperactivité, de la précocité de la puberté, de la petitesse des testicules et même d’une prostate élargie. Chez les adultes, il peut causer des problèmes de santé comme la baisse du taux de sperme responsable de la stérilité sans oublier des maladies cardio-vasculaires et des cancers hormonodépendants.

Les différents types d’emballage alimentaire plastique

Tout le monde le sait, le plastique est une matière toxique. Mais, il faut notifier que les packagings et emballages plastiques divers qui accompagnent les aliments qu’on achète ne contiennent pas tous les mêmes substances toxiques. C’est pourquoi, pour vous permettre de distinguer les différentes matières ayant servi à la fabrication de ces emballages, il a été répertorié sept types de plastiques qui sont identifiables grâce à un dispositif de marquage à sept codes mis en place par la Société de l’industrie plastique.
  • Le PET ou Polytéréphtalate d’éthylène : il correspond au code 1 et est le plastique le plus utilisé. Vous le retrouverez essentiellement dans les bouteilles d’eau, les sacs plastiques de cuisson et les barquettes.
  • Le PEHD : c’est le code 2. Encore appelé Polyéthylène à Haute Densité, il est aussi très utilisé, et cela dans les boites alimentaires dures, les bouteilles de lait et les boites de produits d’entretien.
  • Le PVC ou polychlorure de vinyle : associé au code 3, son utilisation n’est pas recommandée pour les emballages alimentaires, même si d’autres en font usage.
  • Le LDPE ou polyéthylène : sa correspondance est le code 4. Il est souvent utilisé comme emballages congelables.
  • Le PP ou polypropylène : ce plastique sert pour les emballages destinés à la vente à emporter. Il est utilisé pour la fabrication des gobelets en plastique, des gourdes ou des barquettes réutilisables. Son taux de migration est faible. Il correspond au code 5.
  • Le PS ou polystyrène : son code est le numéro 6, et il est composé du styrène. Il sert à fabriquer les couverts jetables, les ustensiles en plastique, les emballages de produits laitiers, les couvercles de tasses à café, etc.
  • La septième catégorie : elle regroupe toutes les matières plastiques qui ne figurent pas dans les six catégories précitées. Parmi ces plastiques, on peut citer le polysulfone, le polyéthersulfone ou le polycarbonate. Ce dernier intervient dans la fabrication des bouteilles d’eau réutilisa­bles, des biberons, etc.

Comment se prémunir ?

Déjà, il faudra éviter catégoriquement d’utiliser tous les emballages plastiques alimentaires faits avec du polystyrène, du polychlorure de vinyle et du polycarbonate. Mais, les autres types ne sont pas pour autant conseillés.
Ainsi, il vous faut adopter des matériaux inertes comme le verre, l’inox et la porcelaine pour la conservation et le réchauffage de vos aliments. Vous ne devez réchauffer aucun plastique aux micro-ondes, car le fait de combiner ces deux éléments permet aux composés toxiques de migrer. Il faut que vous sachiez que plus la chaleur est intense et plus cela favorise la migration. N’utilisez plus les emballages plastiques usés ou dégradés.

Publié le 10 juillet 2018